Concours youtube

L'avortement est un sujet tabou sans faille. Contrairement à la couverture médiatique occasionnelle de ce sujet contraignant, une interview avec un adversaire infaillible de l'avortement ou tout simplement l'inverse. Bien entendu, la suppression du sujet n'appuiera pas sa solution, mais ne le supprimera pas de la partie opposée. Et puis que le problème existe, il n'y a pas de doute. Selon la loi, et en outre, conformément aux valeurs pures et religieuses, l’avortement, c’est-à-dire l’interruption de grossesse, est illégale. Il y a alors interruption de l'enfant à naître mais déjà commencé qui est soumis à une protection permanente et inaliénable. Il existe des exceptions légales permettant à la mère de l'enfant d'éviter une grossesse. Ces éléments sont la menace disponible pour la santé ou l'appartement de la mère, la vie d'un autre enfant et la détection de défauts graves et incurables d'un enfant. Il existe cependant des situations dans lesquelles la future mère ne devrait pas inclure l'enfant: peu importe, à l'initiative d'une situation financière précaire ou à un très jeune âge. Sous cette forme, bien sûr - dans un peu de demande d'élimination nationale et d'église est impossible. Par conséquent, il est illégal pour une future mère d'interrompre sa grossesse, de faire une fausse couche ou de donner naissance à un enfant, puis de la livrer pour adoption.

Bien entendu, nous ne justifierons aucune des parties ici, ni interdire ni soutenir l'avortement. Nous ne reconnaissons pas encore l’intention de cacher le fait que, dans certains cas, il souhaite qu’ils ne soient pas inattentifs envers les femmes. Soit que les états de la personne ne sont pas des êtres du vent. Cependant, il y a différents personnages en action et les femmes ont également une approche très caractéristique de certaines scènes. Et, mis à part même les adolescentes inattentives, dont les principales expériences avec le sexe se sont terminées pendant la grossesse, mais ça tombe. Il arrive que des femmes riches qui ont un emploi qu'elles ne peuvent pas et ne veulent pas se réconcilier avec leur travail prennent l'avortement. Bien sûr, la loi polonaise l’empêche, ils doivent consulter des hôpitaux allemands, slovaques et autrichiens.

Il ne fait aucun doute que, dans certains cas de grossesse non désirée, il est important de tout réduire au petit énoncé «il était nécessaire de prendre». Et si l'avortement devrait en fait être interdit en cas de caprice, bien sûr, dans les périodes légalement autorisées, le gouvernement polonais devrait permettre à une femme d'interrompre sa grossesse. Cependant, comme il est de tradition dans l’histoire, même en respectant les conditions légales, les médecins refusent d’effectuer la procédure plus d’une fois, exposant ainsi le risque de perte de santé et de santé non seulement à une personne, mais également à un autre enfant. Cependant, alors il y a une action inacceptable.